Sud Ouest Dimanche

Dictature verte pour imposer la décroissance

Bertil Scali/Raphaël de Andréis

Un roman d’anticipation politique à refroidir l’échine

C’est une fiction. Mais nous sommes plus d’un à nous demander si, face au réchauf- fement et à l’agonie de la nature, un régime autoritaire s’imposera pour sauver ce qui peut l’être. On n’en est pas là, mais il y a dans cet « Air » dystopique, écrit à qua- tre mains, un parfum d’anticipation à vous refroidir l’échine. La candidate de la Décroissance accède à l’Élysée. Une écolo- giste. Mais pas adepte de la démocratie participative. Encline à la manière forte, elle instaure un pouvoir vert. Avec sa sur- veillance généralisée des pollueurs, sa « liste carbone » des délinquants écologiques, sa police équipée de drones et de dirigeables. Qui peut se croire à l’abri d’un mode de vie irréprochable ? En tous cas pas le héros, Samuel Bourget, pourtant comptable dans une société de recyclage de pneus.

Seule issue pour les complices présumés de « l’écocide » ? Fuir. Là où le relief, les petites routes, une nature à peu près préservée, peut vous offrir un refuge contre les milices vertes bardées d’intelligence ar- tificielle. Va pour l’Aubrac, plateau venteux aux villages gris pris d’assaut, où la famille citadine échoue dans un « buron » de pierres sèches. En fuyant l’enfer, peut-on re- trouver le paradis ? Peut-être, pourvu de retrouver les savoirs anciens et les sobres modes de vie d’un monde en équilibre, où rôde pourtant un prêtre montagnard plus écologiste que les Verts. Les auteurs s’amusent, laissant vaguer leur imagina- tion jusqu’à l’extrême bord du précipice où l’humanité qui chancelle rit jaune.

Christophe Lucet

★★★★★ « Air », de Bertil Scali

et Raphaël de Andréis, éd. Michel-Lafon, 315 p., 17,95 €

Posts récents

Voir tout