MER : Une dystopie au fil de l'eau (Marie Claire)

Bangladesh rayé de la carte, Sydney enflammée H24, Bordeaux nouvelle Venise. Pas si science-frictionnel que ça, la planète du futur de ce roman cartographique fait très froid (ou plutôt chaud) dans le dos. La capitale des vins, où l'on circule en hors-bord et vaporetto, où l'on chasse l'alligator, est devenue le point de chute d'une nouvelle génération de migrant•es, ces ex-riches d'Australie qui fuient leur île fournaise et qu'exploitent passeurs, trafiquant, marchands de sommeil en tout genre. Mille malheureux.ses, d'ailleurs, auraient disparu en Gironde, si bien qu'uneenquête policière est diligentée. Au-delà du suspense en crescendo, c'est par la fable géopolitique que les deux auteurs nous tiennent. Renversantla conception occidentale-centrée des réfugié•es, imaginant les nouveaux régimes juridiques que la monté des océans produirait – un pays englouti est-il encore une nation ? Où commence le droit maritime quand tout est entre deux eaux ? - ils nous passionnent et nous angoissent à la fois, comme si on lisait un numéro du Monde diplomatique tout droit venu du XXIIe siècle.