"Hitler, mon voisin", entretien avec Feuchtwanger et Scali en plein confinement (Times of Israël)



Un article de Renee Ghert-Zand.


Extraits :


Feuchtwanger a fait équipe en 2013 avec le journaliste et écrivain français Bertil Scali pour publier son improbable histoire dans un mémoire intitulé« Hitler, mon voisin ». Le livre a été traduit en anglais en 2017 sous le titre« Hitler, My Neighbor : Memories of a Jewish Childhood 1929-1939 », et il est maintenant sorti enédition de poche.

(...)

Étant donné la récente montée du populisme et de l’autoritarisme, et le soutien croissant aux partis d’extrême droite et aux suprémacistes blancs dans de nombreux pays depuis la publication initiale du livre, Scali estime que son contenu est plus pertinent que jamais. « Hitler, mon voisin » par Edgar Feuchtwanger et Bertil Scali. (Editions Michel Lafon) « Je ne crois pas que la même histoire puisse se reproduire deux fois. Les dirigeants d’aujourd’hui ne sont pas des nazis, mais nous avons certainement appris que les dirigeants qui prétendent avoir des solutions rapides ou des formules simples sont dangereux », a déclaré M. Scali. Interrogé sur la montée de l’antisémitisme en France et dans toute l’Europe, Scali, qui est laïc et d’origine catholique du côté de sa mère, a déclaré qu’il n’avait jamais été personnellement confronté à des actes de haine envers les Juifs. « L’antisémitisme est quelque chose de très abstrait pour moi, mais je sais qu’il existe. Je suis cependant préoccupé par la montée de l’extrême droite en Europe », a déclaré M. Scali. « Est-ce la même chose que dans les années 1930 ? Je ne pense pas, mais on ne sait jamais. La brutalité fait partie de l’humanité », a-t-il déclaré.


Retrouvez l'article complet