"D'abord, ils ont effacé notre nom", par The Guardian