Courrier de la Gironde : "Qui aurait pu en parler avec autant d’émotion et de justesse ?"


François Mauriac écrivait : « Réfugié à l ’étranger, un fou considère qu’il est la France. Et le monde l’a cru, parce que c’était vrai. » Cet homme était Charles de Gaulle, simple général de brigade, sous-secrétaire d’État qui, en quatre jours, du 14 juin au 18 juin, a bouleversé le destin de la France et du monde.

Qui mieux que Bertil Scali, journaliste et Pessacais depuis quelques années, aurait pu en parler avec autant d’émotion et de justesse ? Cet auteur a déjà publié 7 romans dont Hitler, mon voisin, sorti en 2013. Son dernier roman, intitulé Les jours d ’avant, publié chez Michel-Lafon, est paru le 11 juin dernier dans toutes les librairies. « Mon père était juif, ma mère ne l’était pas. Mes livres ont à cœur d’explorer et de rendre hommage aux parcours de gens qui s’élèvent contre les dictatures. Avec le soutien de Paul Reynaud, président du Conseil, Charles de Gaulle s’est élevé contre ce fléau politique et sociétal. J’ai fait un travail de reportage et d’écrivain. Cet homme est notre sauveur en gardant, contre toute attente, une attitude chevaleresque, passant du doute à la certitude. »

Les quatre jours dont il est question ont été déterminants. Paris est tombé le 13 juin 1940. «Bordeaux est devenu capitale de la France. En quelques jours ou semaines, près d’un million de personnes arrivent et sont plus ou moins bien accueillies par la population. Il fallait bien loger tout ce monde-là, arrivé de Paris en passant l’unique Pont de pierre... »

Dans un conflit qui aura duré 6 ans, les 4 jours les plus importants sont assurément ceux allant du 14 au 18 juin. Les allers-retours entre Bordeaux et Londres ont per- mis au jeune général de lancer sur la BBC son appel du 18-Juin... Le destin de la France s’en est trouvé dès lors bouleversé... Michel SOULÉ-LIMENDOUX