LES JOURS D'AVANT

La dernière poignée de main muette à l’hôtel Splendid avec le maréchal Pétain, le premier contact Churchill le dialogues avec Reynaud, les séquences s’enchaînent, haletantes, avant l’envol vers Londres depuis l’aéroport de Mérignac dans l’avion prêté par le vieux lion britannique.

Sud Ouest

 

 Un éclairage nouveau sur ces 4 jours de juin 1940 entre Bordeaux et Londres

La Dépêche

"Ces journées qui ont marqué l'Histoire"

19-20 France 3 Nouvelle Aquitaine

Un récit passionnant et haletant de ces heures décisives

Hervé Gaymard

Président de la Fondation Charles de Gaulle

Qui mieux que Bertil Scaliaurait pu

en parler avec autant d’émotion et de justesse ?

Courrier de la Gironde

AIR

Le best-seller surprise de la rentrée littéraire.

Technikart

 

Le livre s'accompagne d'une réflexion centrale : faut-il en arriver au fascisme pour sauver la Terre ? 

Paris Match

Une échappée belle vers la SF. 

Les Échos

Une dictature et un premier ministre militaire qui appliquent l'état d'urgence écologique ! 

Brut.fr

Comme dans le livre, nos concitoyens pourraient-ils succomber à cette extrémité ? 

Le Point

Un roman au contenu très politique, et peut-être même prémonitoire. 

Europe 1

Un passionnant roman d'anticipation. 

Marianne

HISTOIRES DE VOYAGEURS

In line drawings and light stories, Travellers’ Tales  excavates the secret history of well-known vacationers and the luxury bags they carried.

Vanity Fair

 

 Bertil Scali, l’auteur de ces textes sensibles et documentés, s’est glissé ici ou là dans l’intimité de toutes ces légendes.  Le voyage semble être finalement le reflet le plus éclatant de qui nous sommes.  

David Foenkinos, L'Express

Ces belles histoires sont contées avec enthousiasme par l’écrivain Bertil Scali, tandis que le mythique dessinateur Pierre Le-Tan croque ces vedettes qui ont sillonné le monde en y laissant leur empreinte. Splendide ! 

Olivia de Lamberterie, Elle

VILLA WINDSOR

 De révélations étonnantes en anecdotes cocasses, Bertil Scali nous ouvre les portes de cette demeure aristocratique au cœur du Bois de Boulogne, qui abrita les amours interdites et le train de vie luxueux du duc et de la duchesse de Windsor. Il livre un récit captivant et intime sur ce couple au destin royal contrarié et aux amitiés fascistes controversées.

Paris Match

HITLER, MON VOISIN

Munich, années 1930: un enfant juif observe son voisin d'en face, devenu maître du IIIe Reich.  Aujourd'hui historien britannique, Edgar Feuchtwanger raconte enfin ses souvenirs.

L'Express

Le récit, mis en scène de façon rigoureuse et plaisante,

mêle harmonieusement le récit de la vie quotidienne de cette famille juive, aisée, raffinée et cultivée

et celui des événements politiques tels qu'ils se sont déroulés sous ses fenêtres. 

Le Figaro

L'ex-voisin juif du Führer se souvient d'un homme « plus petit » que son papa

et « pas sympa » croisé, gamin, au coin de la rue.

Le Parisien

Un document autobiographique exceptionnel. 

France Inter

In this disquieting coming-of-age story, narrated in the voice of the author’s childhood self, Feuchtwanger unfolds the surreal tale of the decade he spent living across the street from Hitler’s Munich apartment, from 1929 to 1939. 

The New Yorker

Rédigé comme un journal, l’ouvrage devient, sous la caméra, une longue promenade mémorielle où se détache l’image de ce voisin improbable, « et qui portait la même moustache noire que papa ».

Sud Ouest

The narrative unfolds from a child’s perspective but benefits from an adult historian’s attention to detail.

Newsweek

The title says it all.

The New York Times Review of Books

 

An exceptionally powerful and emotionally charged story. 

The New York Journal of Books

Edgar Feuchtwanger Bore Witness, Horribly Close to Hitler.

The New York Times

Edgar Feuchtwanger a observé durant neuf ans, aux premières loges

depuis sa fenêtre, le quotidien du dictateur allemand.

Times of Israël

UN JOUR COMME UN AUTRE

La fluidité du récit où plane une douce mélancolie.

Paris Match

Ce qui est sûr c'est que Bertil Scali ne fait jamais le malin. C'est écrit dans un style qui n'en fait pas des tonnes, c'est très sincère et très désarmant comme livre.»

Olivia de Lamberterie, Le masque et la plume

L'un des plus beaux livres de l'année.

Le Figaro Littéraire